Positionnement économique

La MRC de Roussillon constitue une des portes d’entrée économiques de la région métropolitaine de Montréal. Positionné en véritable carrefour des corridors de commerce du Québec, son territoire, situé entre la frontière américaine et l’île de Montréal, et desservi par l’autoroute 15 (axe nord/sud) et l’autoroute 30 (axe est/ouest), offre d’intéressantes opportunités de développement notamment à des fins industrielles et commerciales.

Emploi

En 2011, la population active de la MRC de Roussillon était de 91 465 personnes. Parmi celles-ci, 86 570 personnes occupaient un emploi. Le taux d’activité de la MRC de Roussillon était de 70,3 % et le taux de chômage de 5,3 %. La MRC se trouve en bonne position par rapport à la moyenne du Grand Montréal qui est de 65,9 % pour le taux d’activité et de 7,8 pour le taux de chômage. Les taux d’activité et de chômage sont demeurés stables entre 2006 et 2011. Avec un taux d’activité de 67,2 %, les femmes accusaient, en 2011, un écart de participation au marché du travail de six points de pourcentage par rapport à celui des hommes (73,6 %). L’écart homme-femme dans le taux d’activité peut s’expliquer par le fait que les femmes sont plus nombreuses que les hommes à poursuivre des études post-secondaires et qu’elles ont une espérance de vie supérieure aux hommes. Le taux d’activité des femmes dans la MRC (67%) est tout de même plus élevé que celui de la région métropolitaine (62%) et la province (60%).

Parmi les municipalités locales, les taux d’activité les plus élevés, en 2011, se trouvent à Saint-Mathieu et à Saint-Philippe (78 %) et celui le plus bas à Châteauguay (64 %). Les taux de chômage les plus élevés se situent à Saint-Isidore (11 %) et à Châteauguay (8 %) et le plus bas à Léry (2 %). Les types d’emploi que l’on retrouve le plus dans la population active de la MRC sont la vente et services (22 %) et les affaires, la finance et l’administration (19 %). Il est donc normal qu’une forte proportion de la population active travaille dans l’industrie du commerce de détail (12,6 %). Les autres industries employant le plus de personnes de la MRC de Roussillon sont la fabrication (12,1 %) et les soins de santé et l’assistance sociale (10,9 %).

Figure1_capital_économique

En 2011, 65,9 % de la population ayant déclaré un lieu de travail fixe devait se déplacer à l’extérieur de la MRC afin de se rendre à son lieu de travail. Les autres travailleurs occupaient des emplois dans leurs municipalités de résidence (17 %) ou dans une autre municipalité de la MRC (17,1 %). En 2011, 43 315 emplois étaient recensés sur le territoire de la MRC de Roussillon. Parmi ceux-ci, 70% sont détenus par des résidents de la MRC et 30 % par des résidents de l’extérieur. La MRC de Roussillon accueille 2,5 % des emplois présents sur le territoire de la CMM. Seulement quatre MRC et agglomération possèdent plus d’emplois que la MRC de Roussillon sur le territoire de la CMM (Montréal, Laval, Longueuil et Thérèse-de-Blainville). Parmi les municipalités de Roussillon, c’est à Châteauguay que l’on retrouve le plus d’emplois localisés soit 13 290, suivis des villes de La Prairie (6 510) et Candiac (6 475). Le type d’emploi que l’on retrouve le plus sur le territoire est la vente et services (27 %). Alors, il est normal que l’emploi par type d’industrie se retrouve principalement dans les secteurs du commerce de détail (16,5 %), de la fabrication (13,2 %), des soins de santé et de l’assistance sociale (13 %) ainsi que du service d’enseignement (10 %). L’industrie de la fabrication arrive au premier rang chez les hommes (4 280 emplois), alors que les soins de santé et assistance sociale figurent au premier rang chez les femmes (5 010 emplois). Les neuf pôles d’emploi de la MRC de Roussillon concentrent près de 19 000 emplois en 2011 soit près de 44 % de l’emploi de la MRC. Ils se retrouvent sur le territoire des municipalités de Candiac, Châteauguay, Delson, La Prairie, Saint-Constant et Sainte-Catherine.

Entreprises

En 2012, il y avait 3 839 entreprises sur le territoire de la MRC de Roussillon. Parmi ces entreprises, 86,6 % comptent moins de 20 employés alors que 1,8 % comptent plus de 100 employés (71 entreprises). Les entreprises de la MRC et de la Montérégie sont de petite taille. La MRC de Roussillon compte pour 9,4 % de toutes les entreprises de la Montérégie. Le nombre d’entreprises dans la MRC a augmenté de 2,2 % depuis 2007. Les types d’entreprises que l’on retrouve le plus sur le territoire de la MRC de Roussillon sont les entreprises de construction et de commerce de détail. Lorsque l’on compare les types d’entreprises de la Montérégie avec ceux de la MRC, on constate que cette dernière détient un pourcentage beaucoup plus faible d’entreprises dans le secteur primaire (2,3 %) comparativement à 6,4 % pour la Montérégie.

Services et l'activité commerciale

Les entreprises de services représentent près de 75 % de l’ensemble des entreprises comptant plus d’un employé dans la MRC de Roussillon. Les commerces de détail et les entreprises de services personnels, de restauration et d’hébergement représentent 40 % de celles-ci et 30 % de l’ensemble des entreprises du territoire. En considérant également les entreprises de plus d’un employé des secteurs de la finance et des assurances, de la gestion d’entreprises, de l’immobilier, des services professionnels, scientifiques et techniques, des entreprises de soutien administratif, des arts du spectacle et des soins de santé et d’assistance sociale, l’activité « commerciale » au sens de la présente section, regroupe 60 % des entreprises du territoire, ce qui en fait le secteur le plus important du territoire. En 2015, 2270 entreprises dites commerciales tel qu’entendu précédemment sont situées sur le territoire de la MRC. La ville de Châteauguay est celle comptant la plus grande proportion d’entreprises commerciales (30 %) sur son territoire. Suivent La Prairie (18 %) et Saint-Constant (14 %). Ces proportions sont relativement en concordance avec le poids démographique que ces villes occupent dans l’ensemble de la MRC. En 2015, 37 % de la structure commerciale (838/2272 entreprises) est située sur quatre artères, soient les boulevards d’Anjou et Saint-Jean-Baptiste à Châteauguay, la route 132 à Delson, Saint-Constant et Sainte-Catherine, et le boulevard Taschereau à La Prairie.

Tableau1_capital_économique

En 2015, les 65 500 ménages de la MRC de Roussillon produiraient une demande évaluée à 1,67 milliard de dollars en biens de consommation et services personnels. En contrepartie, les détaillants de biens de consommation et les prestataires de services personnels génèreraient une offre de 1,97 milliard de dollars. La MRC de Roussillon possède donc, de façon globale, une balance commerciale positive puisque l’offre estimée des entreprises dépasse de 304 millions de dollars la demande des ménages. La MRC de Roussillon jouit d’un statut de pôle pour certaines catégories de biens, particulièrement les biens courants, mais affiche un bilan commercial négatif important pour d’autres catégories de biens, soit les biens mode (vêtements, accessoires, chaussures), la restauration à service complet, le meuble et les appareils électroménagers. Une partie de l’offre étant consommée par des ménages de l’extérieur de la MRC de Roussillon, les données permettent de supposer que 42 % de la demande des ménages serait satisfaite à l’extérieur des limites de la MRC pour les biens mentionnés précédemment. À l’horizon 2031, l’Institut de la statistique du Québec évalue, en incluant la réserve de Kahnawake et sans considérer le potentiel économique de l’autoroute 30, que la MRC de Roussillon comptera 18 000 nouveaux ménages. En dollars constants, la demande totale des ménages de la MRC pourrait atteindre 2,18 milliards de dollars.

Activité industrielle et manufacturière

Les autoroutes 15 et 30 constituent les épines dorsales du développement industriel de la MRC. Sur le territoire de la MRC de Roussillon, 1 011 hectares de terrains sont destinés aux activités industrielles dans les pôles industriels. On y retrouve 526 entreprises réparties dans deux zones et six parcs industriels. De plus, on retrouve une trentaine d’entreprises, pour près de 121 hectares de terrains, à l’extérieur des limites des parcs et des zones industriels. Les deux plus grands parcs, avec des superficies respectives de 272 et 258 hectares, sont situés sur le territoire des villes de Delson et de Sainte-Catherine. Près de 78 % des superficies dédiées aux activités industrielles sont situées dans le secteur est de la MRC. Dans le secteur ouest, on ne retrouve que les parcs industriels de Châteauguay et de Saint-Isidore. Depuis 2006, le nombre d’entreprises établies dans les zones et parcs industriels est passé de 562 à 489 soit une diminution de 13 %. La superficie dédiée aux activités industrielles a diminué de 21 % (271 ha) passant de 1 282 ha à 1 011 ha, car des secteurs industriels ont été convertis en secteur résidentiel, notamment à Candiac, Delson et La Prairie.

Les entreprises établies dans les parcs industriels de la MRC correspondent à des industries légères ou lourdes qui œuvrent principalement dans la fabrication, le commerce de gros, le transport, l’entreposage et la distribution, les services et la protection de l’environnement. La fabrication est le principal secteur d’activités dans les parcs industriels de Candiac, Châteauguay et Delson. Dans les parcs de La Prairie et Sainte-Catherine, les entreprises sont réparties dans plusieurs secteurs d’activités. Enfin, le secteur de la construction est dominant à Saint-Philippe. Les entreprises de fabrication présentes sur le territoire de la MRC de Roussillon œuvrent principalement dans les secteurs des produits métalliques (17,9 %) et des machines (11,3 %). La répartition des entreprises de fabrication de la MRC est assez semblable à celle de la Montérégie, sauf pour la fabrication du papier (2,9 %) et les entreprises de première transformation des métaux (3,8 %) qu’on retrouve environ deux fois plus en proportion dans la MRC qu’en Montérégie.

Tourisme

En 2013, les visiteurs québécois ont effectué 747 000 visites dans la MRC de Roussillon. Cela s’est traduit par 228 000 nuitées et 38,7 millions de dollars en dépenses touristiques. Ainsi, 6,9 % des touristes ayant visité la Montérégie ont passé par la MRC de Roussillon et y ont effectué 7 % des dépenses. Les forces touristiques de la MRC se trouvent dans les activités récréatives telles que la randonnée, le vélo, l’observation de la nature, la baignade et la voile. Ces forces sont également les mêmes pour la plupart des MRC de la Montérégie tout comme la visite d’un parent ou ami qui est l’activité touristique la plus fréquente en Montérégie.

Activité agricole

La zone agricole représente 73 % du territoire de la MRC de Roussillon, pour une superficie de 27 110 ha. Cela représente 12,3 % de la zone agricole de la CMM. On dénombrait 192 exploitants agricoles en 2010 qui exploitaient sur 21 101 ha, ce qui représente 77,8 % du territoire agricole de la MRC. La proportion restante (6 009 ha) représente la superficie exploitée par des usages non agricoles, pour 22,2 % du territoire agricole. Les activités économiques ou urbaines en zone agricole représentent 4 679 de ces hectares et le réseau routier, le réseau ferroviaire et le réseau électrique consomment également une partie du territoire agricole (762 ha). La MRC accueille 11 % des fermes de la CMM et 15 % des superficies cultivées, mais ne se compare pas avec les MRC les plus agricoles de la CMM comme Vaudreuil-Soulanges (34 % des superficies cultivées de la CMM) ou Rouville (29 % des fermes de la CMM). Le nombre de fermes sur le territoire de la MRC est en diminution depuis 1986. Ce chiffre a diminué de 24,5 % entre 1986 et 1996 et de 22,1 % entre 1996 et 2006. Par contre, la superficie moyenne des fermes exploitées a quant à elle augmenté de 195 % depuis 1986 et est de 102 ha. Il s’agit de la moyenne la plus élevée du grand Montréal. Également, la MRC a connu une hausse du taux de location assez marquée dans la dernière décennie, celui-ci passant de 35 % en 2004 à 51 % en 2010. Dans les municipalités de Candiac (100 %), La Prairie (73 %), Saint-Philippe (60 %) et Saint-Constant (59 %), plus de la moitié des terres se retrouvent en location.

Les sols de la MRC sont de bonne qualité. 94,2 % des sols de la zone agricole sont de classe 1, 2 ou 3. Ces catégories de sol sont présentes à 73 % dans la CMM, à 53 % dans la Montérégie et à 25 % dans le Québec. Les cultures céréalières et protéagineuses occupaient 83,7 % des superficies en culture en 2010 et 45 % des exploitations agricoles du territoire avaient cette production comme activité principale, contre 19 % pour la production animale. La MRC de Roussillon regroupe 13,8 % des producteurs de légumes de la CMM. Les revenus agricoles de la MRC ont augmenté de 25,8 % depuis 2004. Les revenus par hectare cultivé (2 907 $) sont par contre bien en-dessous de la moyenne de la CMM (4 758$). Les cultures horticoles représentent cependant une force économique de la production agricole de la MRC, puisqu’elles représentent 46 % des revenus agricoles. Le secteur agriculture, foresterie, pêche et chasse fournit 1,3 % des emplois dans la MRC de Roussillon.

Activité reliée à la logistique de distribution et de transport

Depuis plusieurs années, le Gouvernement du Québec travaille à faire du Grand Montréal une plaque tournante nord-américaine du transport des marchandises. La Communauté métropolitaine de Montréal reconnaît l’importance de ce projet et cible la MRC de Roussillon comme un des secteurs de développement potentiels. Le premier Schéma d’aménagement révisé de la MRC de Roussillon visait, entre autres, à positionner la MRC comme une porte d’entrée et pôle économique du Montréal Métropolitain notamment par le déploiement de la filière logistique. Le projet de Roussillon est stratégiquement localisé, en milieu urbain, à la croisée des autoroutes 15 et 30 et des voies ferrées du CP et du CN et non loin du réseau ferroviaire de CSX. Une localisation qui bénéficie d’un accès direct aux réseaux ferroviaire et routier existants de même que de la proximité du quai maritime de Sainte-Catherine. D’ailleurs, en 2006, les transbordements au quai de Sainte-Catherine ont atteint leur maximum avec un peu plus de 996 000 t manutentionnées comparativement à une moyenne annuelle de 845 000 t dans les années précédentes.

Économie sociale et économie publique

On dénombre, sur le territoire de la MRC de Roussillon, 57 entreprises d’économie sociale en 2015, ce qui représente 1,5% des entreprises de la MRC. La majorité étant des organismes à but non lucratif, les autres des coopératives à but lucratif et non lucratif. On les retrouve dans de multiples secteurs d’activité tels que le logement, la sécurité alimentaire, les télécommunications, le tourisme, les services juridiques, les soins de santé, les arts, etc. Aussi, en 2011, 10 % des emplois occupés par les personnes actives de la MRC se trouvaient dans la profession de l’enseignement, droits et services sociaux, communautaires et gouvernementaux. Ce pourcentage s’élevait à 14 % des emplois localisés dans la MRC de Roussillon. Entre 2008 et 2012, la moyenne annuelle des investissements dans la construction de bâtiments privés (valeurs des permis de bâtir résidentiel, commercial, industriel) dans la MRC était de 288 millions $ alors que les investissements dans la construction de bâtiments publics (valeurs des permis de bâtir institutionnel) n’étaient que de 14 millions $.

En termes de soutien financier au développement des entreprises privées ou d’économie sociale du territoire, la MRC dispose de deux fonds complémentaires à ceux des institutions financières et autres bailleurs publics et privés. Le Fonds local d’investissement (FLI) et le Fonds local de solidarité (FLS) constituent des outils visant à apporter un appui financier sous forme de prêt aux projets générateurs d’investissements, d’emplois et/ou à fort potentiel d’innovation. Les entreprises disposent d’un fonds régional totalisant plus de 1,8 M$ au 31 décembre 2014 et dont plus de 50 % demeure disponible à l’investissement. Le FLI présente un rendement positif de 23 % depuis sa création en 1998.

Économie municipale

Les revenus des municipalités du territoire totalisent, en 2013, 323,7 millions $, ce qui donne une moyenne de revenus par habitant de 1953,57 $. Ces revenus par habitant varient sensiblement selon les municipalités, de 1226,90 $ à Saint-Isidore à 2174,09 à Candiac. Globalement, les revenus de taxes pour l’ensemble de la MRC équivalent à 66,6 % des revenus des municipalités. Pour leur part, les dépenses des municipalités du territoire totalisent, en 2013, 275 millions $, soit une moyenne de dépenses par habitant de 1659,69 $. Les principales dépenses des municipalités de la MRC de Roussillon sont le transport (22,9 %), suivi de près de la sécurité publique (21,7 $) et l’hygiène du milieu (17,1 %).

Figure2_capital_économique